“Tu fais quoi dans la vie ?”
“Je suis Designer”
“Ah ouais… tu crées des meubles ?”
“Euh non…
je suis plutôt dans la création graphique,
le print, le web… tout ça, tout ça…”

Vous aussi, vous avez l’habitude de ce genre d’échange ? L’incroyable difficulté à expliquer notre activité en un mot. Bizarrement, je pense que les pompiers, les boulangers ou les facteurs ont moins de problèmes que nous.

Pour certains de mes amis, je gagne de l’argent “en faisant des dessins toute la journée”, pour d’autres, je suis “Webmaster” (oui, cette appellation existe toujours). Pour à peu près tous, je fabrique des trucs pour la pub et internet.

Le plus marrant, c’est qu’ils n’ont pas complètement tort, car je fais un peu tout ça en même temps, enfin… à quelque chose près. Alors comment décrire mon activité professionnelle ? Je peux essayer de me présenter en résumant au mieux mes 25 années passées, entre bio et curriculum vitae, mais oui… une “bioculumvitae” c’est pas mal ça !!! Alors, je vous préviens d’avance, une “bioculumvitae”, c’est long, ça ne sonne pas bien (on dirait une maladie infectieuse) et en plus ça parle de moi, de moi, et encore de moi.

En gros, si vous souhaitez un article de fond, vous pouvez passer votre chemin. Pour les plus curieux, je vous en colle pour 10 minutes de scroll ^^

______

Tout débute au début de l’été 1991, je venais à peine de fêter mon Bac A2 (L pour les moins de 30 ans^^). Je cherchais désespérément ce que je j’allais bien pouvoir faire dans la vie… et puis une rencontre, je ne me souviens même plus de qui précisément ; une personne me parle de cette école, l’école Brassart, où soit disant on t’apprend un métier qui t’oblige à dessiner tout le temps… “noooooon… déconnes !!! ”.

Avec une passion pour le dessin depuis toute petite, il ne m’en fallait pas plus pour plonger ! Et cette idée presque surréaliste : “et si je travaillais toute ma vie en m’amusant !

Quelques années plus tard, bien obligée de l’admettre, ce ne fut pas toujours le cas. Des années dans la pub, entre Studios de créa et Agences de com, ont bien faillies avec raison de moi.

Mes dernières années en agence, à être pressée comme un citron bien juteux, dans un processus de rentabilité toujours croissant, les jalousies en interne qui m’empêchaient de progresser, et une reconnaissance presque toujours inexistante de ma hiérarchie, qui ne pensait qu’à un seul truc, ne surtout pas dire trop fort que je faisais bien mon taf, au cas où il me prendrait la bonne idée de demander une augmentation. Et le pire de tout… ce sentiment de mourir d’ennui à petit feu. Bref, on était loin de l’image idyllique que je m’étais forgée !!! 

Bien évidement il ne faut pas faire une généralité de ce que j’ai vécu, mais pour être honnête, il faut avouer que dans le milieu de la pub, ce genre de scénario arrive assez régulièrement !!!

On peut dire qu’il s’en est fallu de peu pour que j’abandonne tout ! Lassée, blasée, désabusée… de la manière dont je faisais mon métier. Heureusement, au milieu de ce “gourbi”, quelques personnes bienveillantes m’ont aidé à prendre du recul alors que je n’avais plus du tout confiance en moi, me renvoyant l’image de la professionnelle formidable que j’étais. Merci à elles 😉

_______

Aujourd’hui indépendante depuis plusieurs années… en pensant à cette époque, je m’efforce de toujours respecter ce pacte avec moi-même, quitte, parfois, à gagner moins d’argent : ne plus subir le travail comme quelque chose de pénible et m’amuser le plus possible !

Afin d’éviter l’ennui, conséquence de la routine, j’essaie, chaque jour, de varier les plaisirs ! Exigeante depuis tout temps avec moi-même et passionnée par la diversité et les challenges, j‘essaie de maîtriser chaque aspect des projets que je traite. Mais pour garantir cet objectif, j’ai vite compris qu’il fallait m’entourer des bonnes personnes ; d’où une organisation à – géométrie variable – opérationnelle au coup par coup, composée la majeure partie du temps de collaborateurs indépendants comme moi, tous spécialistes dans un domaine en particulier.

Être « indépendante »
sans être seule !

Pour ma part, ma spécialité est incontestablement le design graphique et la création visuelle ; avec un instinct aiguisé pour ressentir et conceptualiser ce que souhaite le client : vous savez, le fameux “effet waouh”.

On y arrive… 

Alors un Designer indépendant, ça fait quoi…

Et bien voici toutes les activités que j’exerce  :

  1. Graphiste/illustratrice : je maîtrise chaque étape de la chaîne graphique (conception, exécution, fabrication)
  2. Directrice artistique indépendante print & web.
  3. Designer d’expérience : j’aime réfléchir au déploiement crossmédia de projets globaux et travailler tous ses aspects du print au web, en plaçant toujours l’humain au centre de ma démarche.
  4. Designer interactif : je m’intéresse de plus en plus à l’animation des interfaces que je crée afin d’améliorer l’expérience utilisateur.
  5. Entrepreneure : co-fondatrice d’une start-up en qualité de DA et designer graphique, dans laquelle j’apporte ma vision, mes conseils et mes idées sur la communication globale et la stratégie.
  6. Consultante professionnelle : formatrice et jury dans des écoles, et plus particulièrement au Cefim.
  7. Coordinatrice de projet : je prends en charge tous les aspects d’un projet dans sa globalité, de la création d’une équipe à la relation client.
  8. Secrétaire, comptable et commerciale (je gère ma petite entreprise quoi !)

Un de mes leitmotiv principal : essayer de sortir de ma zone de confort. Le simple fait de ne pas être salariée étant un bon début 😉

Fascinée par le saut en parachute que je pratique occasionnellement, j’aurais adoré faire partie de ces “foufous” qui sautent dans le vide en Wingsuit (combinaison à ailes) et planent sur des kilomètres à plus de 150 km/h, en frôlant les montagnes et les arbres… bon j’avoue… peut-être pas quand même… je pense que j’ai passé l’âge ^^

Disons que je reste “raisonnable” dans ma mise en danger, en créant des concepts qui ne marcheront peut-être jamais… mais qui avec un peu de talent et surtout beaucoup de travail, me permettent de gagner ma croûte comme on dit.

Mon parcours

Quand je regarde mes débuts, je me dis que tout s’explique !

J’ai commencé par faire un Bac général Lettres & Langues, avec l’idée de m’orienter vers un métier qui me ferait voyager : journaliste, traductrice ???

Mon envie d’aventure était déjà très affirmée à l’époque. Pour preuve, entre la 1ère et terminale, j’ai retiré toutes les économies que j’avais de coté et je suis partie toute seule durant l’été, aux USA (Chicago). Un périple assez osé quand on y pense, car je me rendais chez une fille que j’avais croisé seulement quelques jours un an avant, mais que je ne connaissais pas. Je déboulais dans sa famille quand même pour plusieurs semaines… Heureusement pour moi, c’étaient des gens très bien, et mis à part quelques péripéties mémorables durant mon voyage à l’aller, j’ai beaucoup appris sur moi-même et sur ma vision du monde en général, car faut-il le rappeler, en 1988, nous n’avions pas encore internet à l’époque 😉

Je suivais en parallèle des cours le mercredi après-midi aux Beaux-Arts, mais j’ai vite compris que j’avais atteint mes limites, le jour où, sur les quais de Loire, on nous a demandé de peindre ce qu’on entendait… les yeux fermés ?!!

Déjà toute petite, je passais mon temps à dessiner. Les gens disaient que j’avais un don. Je ne savais pas trop ce que cela voulait dire, car pour moi, je ne comprenais pas ce qu’il y avait de compliqué à prendre un crayon et reproduire ce qu’on voit. C’est quelque chose que je faisais naturellement, sans réfléchir.

Je me souviens de la tête de Jean-Pierre Brassart à mon entretien d’admission de première année, lorsque je lui avais sorti les centaines de dessins que je gardais depuis mon plus jeune âge… cela l’avait fait sourire. Je pense qu’il avait plutôt l’habitude qu’on lui présente de plus beaux dessins, alors que les miens étaient pour certains vraiment très enfantins et médiocres, de par mon très jeune âge lorsque je les avais réalisés.

Passionnée par le monde de l’image et ses expériences, mêlant création graphique, inspiration artistique, innovation, numérique et instinct, cela fait maintenant 25 ans que je fais ce métier.

D’abord (info)graphiste/illustratrice spécialisée dans le domaine cuturel et dans le print plus largement, je me suis rapidement tournée vers le web en 1997, avec une première expérience assez originale je dois dire, où mon travail consistait entre autre à numériser des vidéos pour internet “ollé-ollé” (pour rester soft) ; à la même époque, je réalisais également mes premiers sites web, totalement codés en html pur (sans css), la préhistoire comparé à maintenant.

Ensuite plus de 13 ans dans le marketing direct et le e-commerce.

Un retour en 2012 vers le design web et le code, avec une formation de 10 mois au Cefim. C’est à cette époque que j’ai décidé de tout plaquer et de prendre mon envol en solo.

Après cela, mon orientation naturelle vers un design qui privilégie l’expérience utilisateur, ce que je faisais déjà sans le savoir depuis toujours, sans lui attribuer de nom.

Considérée aujourd’hui comme une graphiste “sénior”, un peu « mamie du web », appréciée et reconnue dans mon domaine, je suis consultante, formatrice et jury professionnelle. J’interviens entre autre dans plusieurs programmes de formation au Cefim ; j’ai également intégré l’équipe pédagogique de la nouvelle formation Designer web depuis un an, une formation labellisée Grande École du numérique depuis 2017.

Pour finir, je suis Co-fondatrice de D-CLICS depuis 2016, une start-up au concept totalement inédit que je vous invite à découvrir. Une véritable aventure entrepreneuriale extrêmement enrichissante professionnellement et humainement.